La dure réalité du monde du travail

Hello tout le monde !

J’espère que vous allez bien et que votre semaine s’est bien passée. Aujourd’hui, je voulais aborder un sujet avec vous qui me tient à coeur. Je tiens à préciser que je parle de mon expérience et que je ne mets pas tout le monde dans le même panier mais je pense que je n’ai pas été la seule à être dans cette situation et le sentiment de frustration qui l’accompagne. La recherche d’emploi après ses études. Je savais que c’était dur et qu’il faut beaucoup de persévérance, d’assiduité et de force mentale pour garder le cap et ne pas se décourager. Malheureusement, la dure réalité est quand même là et je voulais en parler et montrer que ce qu’on pense être un cas isolé parfois est en fait, un cas commun.

En Février 2017, je suis officiellement diplômée de mon école de commerce. Bac +5 en poche et toute fière, je commence ma recherche pour mon premier vrai emploi. En fait, ce qu’il faut savoir c’est que j’ai déjà travaillé en tant que salarié pendant mes études en tant que vendeuse mais aussi, j’aide mon père depuis la création de son entreprise (pour les curieux vous pouvez voir ça ici ) avec certains points de son marketing. À côté de ça, j’ai quand même plein de stages à mon actif donc je ne suis pas vraiment une débutante. Pourtant, j’ai eu l’impression de l’être. Alors oui, des stages ce n’est pas pareil on est d’accord mais on apprend quand même un métier et ayant fait presque 3 ans de stage au total quand on comptabilise les périodes, bah c’est frustrant.

Première frustration, Pole Emploi. Je n’ai jamais eu vraiment espoir en eux mais je me suis laissée quand même piégée au début. Déjà l’inscription est une étape fastidieuse. Pourquoi faire si compliqué pour tout ça…? C’est une vraie catastrophe selon moi. Beaucoup de choses à remplir pour finalement vous dire que vous n’êtes pas vraiment éligible aux allocations chômage. Ouais. Ok. Et je paye comment mes prêts étudiant? Je paie comment mes dépenses quotidiennes? À croire que le système se moque bien de savoir si les parents peuvent aider ou non. Alors oui, y a le RSA mais 400€ par mois quand ça ne couvre même pas tes prêts, c’est dur… Une fois inscrite, je rencontre une première conseillère. Premier rendez-vous qui est une perte de temps mais soit, c’est obligatoire donc je le fais et je ressors contente parce que je repars avec un rendez-vous pour un nouveau programme: une recherche intensive pour les jeunes de moins de 26 ans. Pour une fois que quelque chose se fait à Pole Emploi, on ne va pas se plaindre. Enfin ça c’est ce que je croyais. Mais après le deuxième rendez-vous, je me suis rendu compte qu’en fait, ça ne menait à rien non plus. Pas une offre proposée en dehors des rendez-vous mensuels ou des envois pour le service civique où vous êtes payés une misère.

Du coup, on passe aux sites d’annonces. Belle invention oui mais pas toujours efficace ou pratique. votre CV finit noyé sous la tonne de CV présents sur la bibliothèque et surtout, vous devez répondre à beaucoup d’annonces pour avoir quelques réponses pour la plupart négatives. C’est quand même une réponse. Je peux vous assurer que ça reste quand même un soulagement dans avoir une toutes les 500 candidatures parce que tu te dis qu’au moins, elle a été traitée. Et puis y a les recruteurs/boîtes d’intérim qui vous contactent pour des postes souvent différents de ce que vous cherchez. Je veux bien avoir besoin de travailler mais je ne vais pas accepter non plus n’importe quoi. Parlons aussi des candidatures spontanées. Je n’ai jamais eu de réponse pour une candidature spontanée et je trouve ça dommage… Mais c’est comme ça.

Et puis viens le moment où tu as des entretiens. Là t’es content et tu donnes le meilleur de toi-même. tu n’hésites pas à faire des kilomètres même s’il faut payer 200€ de billets de train pour les voir spécialement. Tu te dis que ça pourrait aboutir et qu’il ne faut pas regarder la dépense. Tu donnes tout ce que tu as et… non. Mon expérience personnelle a été catastrophique. J’ai eu une agence d’intérim qui m’a contactée parce que je correspondais à des postes qu’ils recherchaient. Je n’ai jamais eu de nouvelles. Pareil pour une entreprise dans la banque. Je me suis déplacée malgré le fait que ça ne correspondait pas vraiment à ce que je souhaitais mais que ça restait un poste intéressant et rien. J’ai dépensé autant d’argent pour avoir zéro respect pour moi. un minimum aurait été de m’appeler pour me dire que non, ma candidature n’est pas retenu. J’aurais moins eu mal au coeur d’avoir payé autant de train sans être remboursé par Pole Emploi. Ca a été la première perte de motivation.

 

Et puis j’ai décidé d’aller chez mon père à partir de septembre en région parisienne pour éviter de devoir avancer autant de frais pour les entretiens. J’ai enfin trouvé un boulot après un mois de recherche intensive. Je suis vraiment heureuse parce que c’est toujours compliqué de trouver un premier emploi ou plutôt une entreprise qui accepte de donner sa chance à des « débutants ». Ce n’est peut-être pas dans la mode (le secteur de mes rêves) mais je me dis que c’est un bon début pour ma carrière et me faire de l’expérience.

Je tenais vraiment à vous en parler car je ne pense pas être la seule à être dans ce cas. Marion a eu la même chose. Je pense que beaucoup vive ça après avoir fini leurs études. On ne se rend pas compte à quel point ça peut être dur moralement d’essuyer des refus et des échecs mais surtout des désillusions. Quand vous commencez vos études, on vous sort des chiffres d’employabilité, des statistiques, des profils de gens qui ont réussi et on se dit « wow, je veux faire ça et je suis sûr d’y arriver grâce à mon diplôme ». Mais je me rends compte que si personne ne vous donne votre chance bah peu importe votre diplôme ou votre école, vous serez dans la même galère que les autres.

Et le plus frustrant c’est que certains postes ne sont même pas ouverts à des CDI ou des CDD mais seulement à des stages et mon poste en fait parti. C’est démoralisant de se dire qu’on a bossé autant d’années à l’école pour finalement se rendre compte que le marché à changer et qu’il se ferme aux débutants. Pourquoi? Je ne comprends pas. Pour payer moins cher et avoir quelqu’un qui fait le boulot? Je ne sais pas. Je trouve ça simplement dommage d’être réduit à ça. Aujourd’hui, il y a des pays comme l’Irlande qui a le plein emploi et il y a des pays comme la France où les gens qui ont envie de travailler ne trouvent pas vraiment parce que pas assez d’expériences ou parce que plus étudiant ou parce que trop jeune ou trop vieux. On a tous quelque chose à apporter, on a tous des enseignements à tirer des uns et des autres et plus le temps passe et moins j’ai l’impression que c’est un échange de bons procédés. On veut toujours plus, toujours meilleur mais payer moins et je ne pense pas que cette politique mène quelque part un jour. Je ne veux pas partir dans des débats, je ne veux pas offenser les personnes qui liront ça. C’est juste le triste constat que j’ai pu faire et je me demande où nous allons, si nous aurons toujours un avenir. Je sais qu’il sera dur et qu’il faut sûrement être un « tueur » pour s’en sortir maintenant. J’en suis une et je compte bien construire une carrière enrichissante et pleine de surprises et de bonheur.

 

J’espère sincèrement pouvoir aider des personnes dans ce cas, se sentant mal dans leurs baskets parce qu’elles ne sont plus motivées à trouver du travail à cause de déceptions. Gardez espoir et la tête hors de l’eau. Et il y a un adage qui dit « Tout vient à point à qui sait attendre ». Ce n’est pas toujours facile mais il faut persévérer et ne pas baisser les bras.

 

En attendant, prenez soin de vous et n’hésitez pas si vous voulez en parler en commentaire, ce sera avec plaisir 💋

Publicités

7 commentaires sur “La dure réalité du monde du travail

  1. C’est touchant et émouvant.
    La dure réalité de la vie dans notre pays.J’aurais aimé que notre président puisse le lire mais suis même pas sur qu’il comprenne.
    En tous les cas la leçon que j’en tire est : il ne faut jamais baisser les bras et que les bâtants réussissent toujours tôt où tard

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s